Spécialiste de l'immobilier en Occitanie
29 Juin

Le contexte actuel reste relativement favorable à l’achat immobilier proche de Toulouse !

Vous souhaitez faire l’acquisition d’un bien immobilier proche de Toulouse ? C’est le moment ! Le contexte actuel reste relativement favorable à l’investissement immobilier.

« On constate sur Toulouse qu’il y a plus de demandes que d’offres de biens, précise Hugo Cariat, co-fondateur d’ICC Finance. Cela pourrait permettre de remettre des offres sur le marché et peut-être avoir un impact sur les prix. Mais s’il y a une baisse, nous pensons qu’elle ne sera pas importante ; sans doute entre 5% et 10% maximum du prix de vente. »

Les taux d’emprunt sont, pour le moment, plus hauts que ce qu’ils étaient avant le confinement. À titre d’exemple, en région toulousaine :
• Pour un emprunt sur 20 ans, le taux moyen est passé – en trois mois – de 1,12% à 1,25%, soit une augmentation 0,13 point.
• Pour un emprunt sur 25 ans, le taux moyen est passé de 1,38% à 1,40%, soit 0,02 point de plus.

« Nous sommes sur des taux d’emprunt historiquement bas, biens inférieurs à ceux proposés entre les années 2010 et 2015. Ils restent, pour les particuliers, tout de même très attractifs, même s’ils ne sont plus aussi bas que ce qu’ils étaient avant le coronavirus. À ce jour, quelques indicateurs, comme la création de la dette due à la situation actuelle, laissent penser qu’ils vont continuer à augmenter dans les mois à venir. Néanmoins, cela devrait se faire de manière progressive et limitée », précise Hugo Cariat, co-fondateur d’ICC Finance.

De manière générale, les mois de mars et avril représentent entre 20 et 25% des demandes de crédit de l’année. L’année dernière sur cette même période, les agences toulousaines du réseau ICC Finance avaient comptabilisé 340 nouvelles demandes de financement. Cette année, confinement oblige, elles ont enregistré 120 demandes.

« Suite au déconfinement, nous observons un regain d’activité important sur le bassin toulousain. Est-ce un effet de reprise ? Cela va-t-il durer ? Nous ne pouvons pas le prédire. Cependant nous avons retrouvé, depuis la fin du confinement, une activité presque similaire à celle que nous avions avant la crise sanitaire. D’un point de vue bancaire nous ne sommes pas encore à 100% des capacités habituelles», analyse Hugo Cariat.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée